Démocratie citoyenne









Secrétariat de Mairie
Lundi : 9h00-12h00
Jeudi : 13h00-17h00
Samedi : 10h00-12h00
Mesures coronavirus

Mairie
1B place de l’Église
Chef-Lieu
73470 AYN

Tél : 09 62 58 75 66

Envoyer un message

Permanence des élus
Samedi : 10h00-12h00

Bibliothèque - Grainothèque
Horaires aménagés COVID-19

PNG - 74 ko

Défibrillateur
À l’extérieur de la mairie


Suivre la vie du site





Accueil > Histoire et Patrimoine > Mémoire & Histoire locale > La Grande Guerre > Les lettres d’Antoine Pichon

22 décembre 1914
Mis en ligne le 31 janvier 2011 par
Dernière mise à jour le 31 janvier 2011

Vosges ; le 22 décembre

Chère sœur

Je t’envoie ces deux mots pour savoir de tes nouvelles. Pour moi, ça va pas trop mal et j’espère que t’en es de même.

Lundi passé, j’ai été près d’y passer. Il y a un obus qui a éclaté dans une tranchée. Ça en a tué trois et blessé trois autres.

Tu sais qu’il ne fait pas chaud dans les montagnes des Vosges (???) la frontière du côté de Saint Dié. « On né va que de sapin* ».

Tu m’écrira un peu souvent et tu mettra chaque fois une enveloppe dedans et ton adresse dedans pour te faire réponse, et tu écrira à la Gustine qu’elle m’écrive aussi. Elle m’a vrai envoyé un paquet, et je l’ai pas reçu encore. Tu lui dira qu’elle envoie une enveloppe dans sa lettre parce qu’elle trouve que je n’écris pas assez bien. Mais que veux tu, on n’a pas un bureau devant soi. On n’a que ses genoux comme bureau. Ne mettez qu’une enveloppe dedans parce que si je les porte avec moi, elles se collent toutes. Juste une pour faire la réponse et écris moi souvent pour me distraire un peu, parce que dans les bois il y a pas bien d’agréments. On est comme des renards dans leurs terriers.

Je ne trouve plus rien à te dire pour le moment.

Ton frère qui t’embrasse bien fort.

* On ne voit que du sapin

JPEG

JPEG