Secrétariat de Mairie
Lundi : 9h00-12h00
Jeudi : 13h00-17h00
Samedi : 10h00-12h00
Mesures coronavirus

Mairie
1B place de l’Église
Chef-Lieu
73470 AYN

Tél : 09 62 58 75 66

Envoyer un message

Permanence des élus
Suspendues jusqu’à nouvel ordre

Bibliothèque - Grainothèque
Horaires aménagés COVID-19

PNG - 74 ko

Défibrillateur
À l’extérieur de la mairie


Suivre la vie du site




Il n'y a aucune manifestation programmée pour le moment. Nous comptons sur vous pour y remédier !

Accueil > Écoles - RPI > Archives > Année 2015-2016

Cérémonie du 11 Novembre
Mis en ligne le 12 novembre 2015 par École d’AYN
Dernière mise à jour le 12 novembre 2015

Les élèves des deux Communes ont participé aux cérémonies du 11 novembre de leur village.

Pour cette occasion, ils ont écrit un discours.
Le voici :

La maitresse nous a demandé, c’est quoi la guerre ?

Pour nous, la guerre c’est ridicule, triste, nul, s’entre tuer, la mort, dangereux, bête, la peur, se battre, inutile...
Mais, nous, la guerre, on l’a pas vécu, heureusement car on serait peut-être pas là aujourd’hui !

La guerre, on en entend parler tous les jours à la télé, à la radio, dans les journaux...
Pour certains d’entre nous, leurs parents, leurs grands-parents leur ont parlé d’histoires qui se sont passées pendant la guerre, comment des membres de leur famille ont pu y échapper...

À l’école on apprend aussi la guerre, et ce que la maîtresse nous a dit ne nous a pas fait plaisir à entendre.
Ça nous a fait peur ! La guerre 14-18 nous a laissé une marque.

Chaque guerre est différente, mais le résultat est le même, elles sont toutes aussi cruelles !

On a aussi appris une chanson qui traite de la guerre, voici les paroles les plus importantes pour nous :
« On saura jamais c’qu’on a vraiment dans nos ventres,
aurais-je été meilleur ou pire que ces gens,
qu’on nous épargne à toi et moi si possible très longtemps d’avoir à choisir un camp.
 »

Nous voulons simplement vous dire que dans la guerre, tout le monde perd quelqu’un ou quelque chose, il n’y a jamais de gagnants mais que des perdants. Il faudrait que ce soit une leçon pour ne plus la faire. 

Nous aimerions tellement que la guerre ne soit qu’un cauchemar.