Secrétariat de Mairie
Lundi : 9h00-12h00
Jeudi : 13h00-17h00
Samedi : 10h00-12h00
Mesures coronavirus

Mairie
1B place de l’Église
Chef-Lieu
73470 AYN

Tél : 09 62 58 75 66

Envoyer un message

Permanence des élus
Suspendues jusqu’à nouvel ordre

Bibliothèque - Grainothèque
Horaires aménagés COVID-19

PNG - 74 ko

Défibrillateur
À l’extérieur de la mairie


Suivre la vie du site




Il n'y a aucune manifestation programmée pour le moment. Nous comptons sur vous pour y remédier !

Accueil > Vie de la Commune > Cérémonies

08 janvier 2017 - Vœux et accueil des nouveaux arrivants
Mis en ligne le 19 décembre 2016 par Maire
Dernière mise à jour le 8 janvier 2017

Le Conseil Municipal et les habitants d’Ayn se sont retrouvés le dimanche 8 janvier à la salle des fêtes pour la nouvelle année.

Après le discours des vœux prononcé par le Maire, et l’accueil des nouveaux arrivants (9 familles en 2016), l’assistance a eu la surprise de voir débarquer un clown facétieux qui leur a proposé ses propres interprétations du sigle P.L.U., pas forcément si farfelues.

Le texte des vœux

Bonjour et bienvenue. C’est dans votre maison,
une fois n’est pas coutume, que nous vous accueillons,
traditionnellement, pour souhaiter nos bons vœux.

Même si deux-mil-seize fut souvent malheureux,
nous gardons foi en l’Homme, et en l’intelligence
pour que deux-mil-dix-sept commence avec confiance.
Laissons derrière nous les temps des heures noires
pour tourner vers demain un visage d’espoir ;
car nous avons pour nous ce bel Ayn, parfois
regardé de travers, ce « village gaulois ».

Nombreux sont ceux-là qui, par delà monts et champs
et critiquent et commentent avec des mots blessants
ce qui leur semble idiot, ou peut-être inutile,
des marottes d’enfants, des idées volubiles.

Mais nous nous savons bien que leurs coups de bambou
cachent qu’ils sont, eh !, tout simplement jaloux !

Preuve s’il en fallait, nous dirons simplement
qu’il a pour défenseurs, et non pas moins aimants,
habitants dynamiques fortement impliqués.
En comptant justement, pour avoir une idée,
vous êtes quarante à donner de votre temps,
pour faire vivre Ayn, oui, bénévolement.

C’est bien ici, Ayn, qu’on innove et qu’on ose
faire des expériences, et essayer des choses.
Ainsi sont apparus l’année deux-mille-seize
un cours d’informatique, attendue catéchèse,
un accueil de loisirs, pour encadrer les temps
périscolaires et mieux s’occuper des enfants,
le début d’un travail qui s’annonce fort ardu
je veux bien sûr parler du nouveau P-L-U.

Deux-mil-dix-sept aussi, verra l’engagement,
de plusieurs d’entre vous. Comme hier les enfants,
ont tenu en mairie, leur tout premier Conseil
et préparent déjà mille-et-une merveilles.
Ce mois, sera lancé le nouveau P-L-U,
enfin, la procédure, car on est au début.
Parce qu’il est certain qu’en nous tous se trouvent
des compétences fortes, le Comité s’ouvre
et vous proposera dans les mois à venir,
de quoi vous exprimer, et de quoi réfléchir !

Par les électi-ons prévues pour le printemps,
nous aurons l’occasion de dire aux grandes gens
de ce pays qui est l’un des plus beaux du monde,
ceux qui nous étourdissent à force de faconde,
ce que nous ressentons des décisions passées,
évalu-ati-on sévère et agacée ;
mais aussi et surtout pour les cinq ans qui viennent,
par un geste qui ne demande pas grand-peine,
ce que nous acceptons, ce que nous refusons,
car tout ce qu’ils décident c’est en notre nom.

Pour conclure ce mot, j’emprunte à Galilée,
qui, dans l’encre de Brecht, vient juste d’abjurer
tout ce en quoi il croit, mais qu’il ne peut prouver.
Innovateur brillant, le procès l’a usé.
« Bien triste le pays qui n’a pas de héros »
lui dit son assistant, déçu que son idole
rejette sa sci-ence de peur qu’on ne l’immole.
Galilée lui répond, triste et usé peut-être,
mais convaincu il est, tout au fond de son être,
« Triste le pays qui a besoin de héros. »